Cette semaine en histoire

Une arme à double tranchant

Pour la semaine du lundi le 18 septembre 2017

Le 20 septembre 1917, la Loi des électeurs militaires et la Loi des élections en temps de guerre reçoivent la sanction royale et entrent en vigueur.

Les infirmières militaires canadiennes, que les soldats appellent les « oiseaux bleus » en raison de la couleur de leur uniforme, sont parmi les premières Canadiennes à pouvoir voter aux élections fédérales
William Rider-Rider / Canada. Dept. of National Defence / Library and Archives Canada / PA-002279

Les lourdes pertes et les combats qui persistent au front pendant la Première Guerre mondiale sapent le moral des troupes et freinent le recrutement dans l’infanterie. Afin d’accroître l’enrôlement, Robert Borden, le premier ministre conservateur, propose la conscription qui rendra obligatoire le service militaire pour les citoyens admissibles. Le débat qui s’ensuit divise le pays. En effet, de nombreux agriculteurs, pacifistes, dirigeants syndicaux, immigrants récents et Canadiens français sont opposés à l'enrôlement obligatoire.

Borden craint que son appui à la conscription, qui entre en vigueur par la ratification de la Loi du Service Militaire le 29 août 1917, ne lui coûte l’élection fédérale qui doit avoir lieu en décembre. Dans l’espoir d’améliorer ses chances, Borden adopte la Loi des électeurs militaires et la Loi des élections en temps de guerre, lesquelles donnent le droit de vote à des groupes qui ne l'avaient pas auparavant et qui sont vraisemblablement favorables à la conscription.

Après avoir assisté à la Conférence impériale de guerre et visité les tranchées, le premier ministre Robert Borden rentre au Canada avec le désir d’instaurer la conscription et annonce sa décision au Parlement le 17 mai 1917
Canada. Dept. of National Defence / Library and Archives Canada / PA-022653

La Loi des électeurs militaires accorde à ceux qui portent l’uniforme le droit de voter aux élections fédérales, sans égard à l’âge, au sexe ou au lieu de naissance, notamment les infirmières militaires et les soldats autochtones. La Loi des élections en temps de guerre étend ce privilège aux femmes ayant des parents proches dans l’armée canadienne ou britannique. Elles sont les premières femmes à obtenir le droit de vote aux élections fédérales canadiennes.

La Loi des élections en temps de guerre donne le droit de vote aux femmes tout en le révoquant pour de nombreux autres groupes, comme les pacifistes et les objecteurs de conscience, qui refusent le service militaire pour des motifs moraux ou religieux. Les citoyens nouvellement naturalisés originaires de pays ennemis, comme l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Empire ottoman, perdent aussi leur droit de vote. Certains citoyens d’origine étrangère demeurent sans droit de vote jusqu’en 1922 tandis que les objecteurs de conscience ne l'obtiendront pas avant 1955.

Grâce aux quelque 500 000 nouveaux votes recueillis auprès des Canadiennes, Borden remporte les élections de 1917 avec son Parti unioniste qui regroupe des conservateurs et des libéraux favorables à la conscription. L’année suivante, le nouveau gouvernement de Borden adopte une loi donnant le droit de vote à toutes les femmes.

Sir Robert Laird Borden est désigné personne d’importance historique nationale. Pour en savoir plus, lisez Défendre notre nation : sir Robert Laird Borden, Nellie McClung, figure emblématique du féminisme, and La première députée du Canada dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @Parcs Canada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Explorez Canada 150!

Date de modification :