Un homme est assis de dos près du ruisseau, face aux rochers orangés, aux montagnes et aux parcelles de neige. Le massif des hauts plateaux, vestige de l’ancien manteau terrestre exposé par l’érosion, révèle le squelette de la Terre.

Le Parc national du Gros-Morne, Terre-Neuve-et-Labrador

Une femme portant un sac à dos est debout sur le rocher et regarde les falaises et le lac. Au cœur des rochers des monts Long Range, vieux d’un milliard d’années, un randonneur admire la vue depuis les rives de l’étang Western Brook.
Vue de la ville de Woody Point avec les montagnes orangées en arrière-plan et les arbres et l’océan en avant plan. En plus d’être un parc national protégé, Gros Morne abrite huit petites communautés. Les hauts plateaux surplombent Bonne Baie et la communauté de Woody Point.

Date d’inscription : 1987

Justification de la valeur universelle exceptionnelle

Le Parc national du Gros-Morne au Terre-Neuve-et-Labrador, a été inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial par le Comité du patrimoine mondial, pour la raison ci-dessous :

Critère (vii) : Le Parc national du Gros-Morne, environnement exceptionnel de nature sauvage composé de fjords d’eau douce spectaculaires à l’intérieur des terres et de promontoires érodés par les glaciers dans un cadre océanique, est un espace d’une très grande beauté naturelle.

Critère (viii) : Les roches du Parc national du Gros-Morne illustrent de manière collective et significative au niveau international le processus de dérive continentale le long de la côte est de l’Amérique du Nord et contribuent largement à enrichir la somme de connaissances et la compréhension de la tectonique des plaques et de l’évolution géologique des anciennes ceintures montagneuses. Dans les plateaux érodés par les glaciers et les fjords spectaculaires, la glaciation a rendu visibles les nombreuses caractéristiques géologiques du parc.

Description

Les paysages au Gros-Morne comptent parmi les plus spectaculaires dans l'est du Canada : des crêtes de montagnes dentelées, d'immenses falaises, des tourbières et de superbes lacs et bras de mer. Mais ce sont principalement les caractéristiques géologiques du parc, et non sa beauté exceptionnelle, qui lui ont valu le titre de site du patrimoine mondial.

Ce parc national est considéré comme une illustration parfaite de la tectonique des plaques, cette théorie qui affirme que des plaques de la croûte terrestre, grosses comme des continents, se sont heurtées et séparées tout au long de l’évolution géologique de la terre, ouvrant et fermant des oc éans entre elles.

Bien que toujours jointes, l’Europe et l’Amérique du Nord étaient en train de se séparer il y a 600 millions d’années. Du magma de la croûte terrestre inférieure est alors monté à la surface pour combler le vide. Il s’est solidifié et est maintenant visible dans les falaises du Western Brook Pond (à gauche) au Gros-Morne. Il y a entre 570 et 420 millions d’années, un océan surnommé Japet se trouvait entre l’Europe et l’Amérique du Nord. Les strates sédimentaires du parc ont préservé des fossiles de presque chaque phylum connu de l’époque, créant un véritable catalogue de l’évolution. Il y a 460 millions d’années, les deux continents se rapprochaient, alimentant l’ascension des Appalaches et se refermant sur l’océan Japet. Quelques blocs de croûte océanique et mantélique ont alors été déplacés vers l’ouest et sont montés à la surface de la terre. Bien plus tard, les glaciers ont remodelé la région, créant des fjords et effectuant des coupes transversales dans les montagnes qui ont révélé leur passé géologique.

Plus d'information

Parcs Canada :

Parc national du Canada du Gros-Morne

Centre du patrimoine mondial :

Patrimoine mondial - Parc national du Gros-Morne