La concurrence est féroce dans les années 1800 pour s’approprier cette région riche en fourrures que constituent les versants ouest et pour ouvrir les marchés vers l’Extrême-Orient. Alors que les Américains s’efforcent de traverser au plus vite le continent pour gagner l’embouchure du fleuve Columbia, les Européens tracent des routes qui traversent les montagnes Rocheuses du Canada. Pendant un demi-siècle, le difficile tracé du col Athabasca sert au transport des voyageurs et du courrier.

Guidé en 1811 par Thomas l’Iroquois sur des routes établies par les Autochtones au cours des siècles, David Thompson est le premier Européen à franchir le col. Les terres étaient alors, et sont toujours, vierges de toute activité humaine. D’immenses glaciers, des rivières aux eaux froides et cristallines et des sommets enneigés attendent les voyageurs.

En 1824, lorsque Sir George Simpson de la Compagnie de la Baie d’Hudson arrive au lac qui domine le col, il remarque que les eaux peuvent s’écouler à l’est vers l’Arctique ou à l’ouest vers le Pacifique. Un lac doté d’une telle propriété mérite un nom exceptionnel. Il lève alors son verre de vin et lui donne le nom de lac « Committee Punch Bowl ». À ce jour, les courageux randonneurs continuent à porter un toast en l’honneur de la Compagnie de la Baie d’Hudson.