Un nom qui cache une longue histoire

Comme bien d’autres endroits au Canada, le parc national Jasper doit son nom au commerce des fourrures, en particulier à Jasper Haws, voyageur et intendant d’un poste de traite de la Compagnie du Nord-Ouest.

Le parcours exceptionnel de Jasper Haws

Version PDF du dépliant à télécharger (2,225 Ko)

Jasper Haws naît en 1770. La Révolution américaine le force à quitter son Maryland natal avec ses parents, des Loyalistes de l’Empire-Uni, qui se sont joints à un groupe d’émigrants restés fidèles à la Couronne britannique.

Jasper Haws habite avec ses parents à Sorel, au Québec, jusqu’à l’âge de 25 ans. Il se réinstalle ensuite à Montréal, où il entre au service de MM. Canavan et Cazelet, associés de la Compagnie du Nord-Ouest, à titre d’homme de milieu. Dans l’exercice de cet emploi, il doit s’asseoir entre la proue et la poupe d’un canot (d’où le nom d’« homme de milieu ») et pagayer de Montréal au fort William, puis jusqu’à la rivière Rouge, où il passe l’hiver. C’est là qu’il apprend les rudiments du commerce des fourrures. La rivière Rouge lui sert également de base pour la livraison de marchandises aux postes de traite éloignés.

De 1797 à 1802, Jasper Haws sillonnera les eaux du Missouri au service de la Compagnie du Nord-Ouest. En 1804, il se retrouve dans l’Ouest, dans le district de la rivière Athabasca (l’actuelle Alberta). En 1815, après 20 ans de services, Jasper Haws se voit confier l’intendance d’un poste de traite. Son nom sera associé d’abord à ce poste, puis à l’agglomération et au parc qui verront le jour par la suite.

La porte d’entrée de l’Ouest

En 1813, la Compagnie du Nord-Ouest construit le poste Rocky Mountain Portage House sur les rives du lac Brûlé, afin d’y conserver des provisions destinées aux brigades qui franchissent le col Athabasca en route vers le Pacifique. Quand Jasper Haws en prend le commandement en 1815, ce poste en vient à être connu sous le nom de « Jasper’s House », ce qui permet d’éviter toute confusion avec le poste Rocky Mountain House, situé en bordure de la Saskatchewan Nord. Sous l’œil exercé de Jasper Haws, le poste Jasper House devient le centre d’une collectivité modeste mais diversifiée, qui se charge de fournir des services d’approvisionnement et de transport, de soigner les chevaux laissés en pâturage dans la vallée et d’échanger de la viande et des fourrures contre des marchandises avec des groupes autochtones, notamment des Iroquois et des Métis.

Jasper Haws épouse une Iroquoise avec qui il a au moins cinq enfants – trois garçons et au moins deux filles. Il demeure à Jasper House jusqu’en 1821. Se retrouvant sans travail par suite de la fusion forcée de la Compagnie du Nord-Ouest avec la Compagnie de la Baie d’Hudson, il laisse sa femme et ses filles avec d’autres membres de la famille et retourne au Québec en compagnie de ses fils, avec qui il exploitera une ferme familiale à Hinchinbrooke jusqu’à sa mort en 1855. Le ruisseau Haws, dans la vallée de la Châteauguay, porte son nom.

Le poste Jasper House

En 1830, après être passé sous le contrôle de la Compagnie de la Baie d’Hudson, le poste Jasper House est déplacé sur la berge ouest de la rivière Athabasca, à 1,4 km au nord du lac Jasper. Il s’agit d’un endroit stratégique où convergent deux routes de montagne importantes : l’une à travers le col Athabasca, au sud-ouest, et l’autre à travers le col Yellowhead, au nord-ouest. De plus, l’emplacement est idéal pour les Autochtones qui parcourent la route historique à travers le col Snake Indian pour accéder au bassin hydrographique de la haute Smoky et, de là, au bassin hydrographique du Fraser et à l’intérieur de la Colombie-Britannique.

Au cours des vingt années suivantes, le nouveau poste Jasper House sert de relais aux brigades de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui franchissent les montagnes pour se rendre dans le district du Columbia, et il facilitera le transport des marchandises de traite et des fourrures d’est en ouest.

Le poste n’est tenu que de manière sporadique après 1853, et il est laissé à l’abandon à la suite de la réorganisation du commerce des fourrures. Le commerçant Henry John Moberly le dirige de façon saisonnière de 1858 à 1861. La Compagnie de la Baie d’Hudson le fermera officiellement en 1884, après de nombreuses années d’inoccupation.

La survivance d’un nom

En 1907, le nouveau parc forestier Jasper voit le jour. Il est appelé ainsi en raison des liens historiques de ce nom avec le secteur environnant. En 1913, le lotissement urbain de Fitzhugh, qui se trouve à l’intérieur du parc, est rebaptisé Jasper.

L’héritage de Jasper Haws

Sur la photo figurent des membres des familles Hanly, L’Hirondelle et Loyer en compagnie du ministre de l’Environnement et ministre responsable de Parcs Canada, l’honorable John Baird; aussi, des membres des Loyalistes de l'Empire-Uni du Canada ainsi que des membres de la famille Wilson de Hinchinbrooke, Québec, représentant la Société historique de la Vallée de la Châteauguay. Jasper 2007.

Il est étonnant que le nom d’un simple commerçant de fourrures, ayant vécu à une époque et dans un lieu marqués par de continuels changements, ait ainsi été immortalisé et soit maintenant connu dans le monde entier. Le présent dépliant est le fruit d’un projet intergénérationnel entrepris il y a 25 ans par les descendants de Jasper Haws – les Hanly, les L’Hirondelle et les Loyer – avec l’aide du musée et centre d’archives Jasper-Yellowhead et de la Société historique de la vallée de la Châteauguay.