Érigé en 1827, le fort Langley vous fait revivre avec beaucoup de réalisme l’époque de la traite des fourrures. La Compagnie de la Baie d'Hudson connaissait alors son apogée sur les rives du fleuve Fraser, autrefois une route de commerce britannique.

Remontez au XIXe siècle : le troc permet aux commerçants canadiens-français d'échanger du saumon, des canneberges et des fourrures avec les Premières Nations côtières. Imaginez que vous êtes l’un des 30 000 prospecteurs qui ont participé à la ruée vers l'or du fleuve Fraser. L'alimentation de toute la côte reposait alors sur une ferme de 2 000 acres.

Aujourd’hui, c'est l'endroit où l'odeur de la fumée de bois se mêle au bruit de l'enclume du forgeron, où des guides-interprètes et leurs récits sur le saumon et le cèdre inspirent le respect et où, chaque année, résonnent les rires de plus de 85 000 visiteurs venus laver de l'or à la batée.

Revêtez les habits d'un commerçant et saluez la statue de Sir James Douglas, celui qui a proclamé la Colombie-Britannique colonie de la Couronne au fort Langley en 1858.