Nous sommes en 1861. Des compagnies font régulièrement l’aller-retour entre l’Amérique et l’Europe. Pointe-au-Père est alors choisi comme lieu d’embarquement exclusif des pilotes appelés à monter à bord des navires à vapeur. C’est qu’il est complexe ce fleuve qu’on appelait « Grande rivière de Canada » au 16e siècle! Des experts locaux doivent prendre la barre des bateaux qui s’y aventurent pour s’assurer que la traversée se déroule sans heurts.

Parmi les plus importantes au Canada, la station d’aide à la navigation de Pointe-au-Père permet aujourd’hui de mieux comprendre la complexité du fleuve et le rôle joué par son phare, l’un des plus hauts au pays. Transformés en lieux d’exposition, le hangar de la corne de brume et la maison du gardien expliquent l’évolution des signaux sonores et le monde de l’archéologie subaquatique.