Retrouvez les monuments de pierre qui témoignent de cet important emplacement sur les rives de la sinueuse rivière Qu’Appelle. L’endroit est maintenant paisible, mais son rôle a autrefois été déterminant dans la quête à laquelle s’est livrée la Compagnie du Nord-Ouest pour dominer le commerce de la fourrure dans l’Ouest. Le fort Espérance était stratégiquement situé, à proximité des groupes autochtones des plaines et des troupeaux de bisons. Il servait de point de distribution du pemmican pour le réseau de forts de la Compagnie du Nord-Ouest, répartis sur les rives de la rivière Assiniboine.

Les trappeurs et les voyageurs comptaient sur leurs rations à haute teneur calorifique de pemmican, fait de petits fruits, de bison et de graisse. Préparé au fort, cet aliment leur permettait de supporter les longs voyages ardus à l’intérieur des terres.

Il reste bien peu de traces du premier fort, qui a été abandonné sur de plates prairies en bordure de la rivière, mais promenez-vous sur le lieu historique pour découvrir les vestiges du deuxième fort. Observez les dépressions et tentez d’identifier les vestiges de l’enceinte, de la cave et du foyer.