Nouvelles concernant le site du patrimoine mondial du parc national Wood Buffalo

Aperçu de la mission de suivi réactif menée par le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO et l’Union mondiale pour la nature (UICN) au site du patrimoine mondial du parc national Wood Buffalo

delta

En décembre 2014, la Première Nation crie Mikisew a soumis une pétition au Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO pour demander l’inscription du parc national Wood Buffalo sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le texte de la pétition faisait état de certaines préoccupations relatives à l’incidence des barrages hydroélectriques actuels et prévus, de l’exploitation des sables bitumineux et des changements climatiques sur l’écologie et l’hydrologie du delta des rivières de la Paix et Athabasca qui pourraient avoir des répercussions négatives sur les valeurs du patrimoine mondial de l’endroit (techniquement appelées valeur universelle exceptionnelle – VUE).

En juillet 2015, après avoir examiné la pétition, le Comité du patrimoine mondial a rendu sa décision selon laquelle le Canada se devait d’organiser une mission de suivi réactif et de réaliser une évaluation environnementale stratégique pour évaluer les effets potentiels cumulés de tous les aménagements (barrages hydroélectriques, exploitation des sables bitumineux et exploitation minière) sur les valeurs du patrimoine mondial de l’endroit.

Du 25 septembre au 4 octobre 2016, Parcs Canada, à titre d’organisme fédéral responsable de la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial au Canada et de gestionnaire du parc national Wood Buffalo, a organisé une mission de suivi réactif conjointe avec le Centre du patrimoine mondial et l’Union mondiale pour la nature. Afin de mieux comprendre les répercussions des aménagements susmentionnés sur la VUE du parc national et d’en discuter, des spécialistes de mission ont rencontré des représentants des collectivités autochtones ayant un intérêt dans le parc national Wood Buffalo, des fonctionnaires des administrations fédérale, territoriale et provinciale, des scientifiques, des représentants de l’industrie et des organisations non gouvernementales. Le rapport de mission, comprenant 17 recommandations, a été publié le 10 mars 2016.
Le rapport de mission

Rapport sur l’état de conservation
Le dernier rapport sur l’état de conservation de Parcs Canada a été présenté le 31 mars 2017. Le prochain est prévu pour le 1er décembre 2018.
Rapport sur l’état de conservation

Evaluation environnementale stratégique (EES)
Fin 2016, Parcs Canada a accordé un marché à un consortium d’entrepreneurs externes pour qu’il prépare l’évaluation environnementale stratégique (EES) demandée par le Comité du patrimoine mondial. L’EES est en cours de réalisation, notamment la consultation des groupes autochtones et des intervenants concernés. Vous obtiendrez davantage d’information ici.

41e session du Comité du patrimoine mondial – Cracovie (Pologne), du 2 au 12 juillet 2017

Le Comité du patrimoine mondial se réunit une fois par an. Il est constitué de représentants de 21 États parties à la Convention qui sont élus à l’occasion de leur assemblée générale. Le comité est chargé de la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial; il définit l’utilisation du Fonds du patrimoine mondial et offre de l’aide financière aux États parties qui en font la demande. Le comité décide de ce qui peut être ajouté à la liste du patrimoine mondial.

Lors de sa 41e session, à Cracovie (Pologne), du 2 au 12 juillet 2017, le Comité du patrimoine mondial a adopté une décision concernant l’état de conservation du site du patrimoine mondial du parc national Wood Buffalo. La décision de juillet 2017 comprend des demandes liées à la préparation d’un plan d’action qui reflètera les conclusions de l’EES, permettra la coordination avec d’autres processus de planification, et fera participer les groupes autochtones et les intervenants concernés.

On fera le point sur les réponses aux recommandations du rapport de mission le 1er février 2018. De plus, un rapport sur l’état de conservation et sur la mise en œuvre du plan d’action sera publié le 1er décembre 2018.