Le projet de loi C-18 a reçu la sanction royale le 19 juin. Cet instrument législatif, qui vient modifier la Loi sur le parc urbain national de la Rouge, confère une meilleure protection écologique au parc, tout en accordant des garanties à long terme aux agriculteurs. Les modifications assurent la mise en place des mesures de protection écologique les plus rigoureuses de toute l’histoire de la vallée de la Rouge, et elles consolident le rôle des agriculteurs du parc, afin qu’ils puissent continuer d’approvisionner la population en denrées alimentaires comme ils le font depuis deux siècles.

Ce jalon n’aurait pas pu se concrétiser sans l’énorme travail de collaboration du gouvernement fédéral, du gouvernement provincial, des administrations municipales et des quelque 200 organisations et 20 000 particuliers – dont des Autochtones, des agriculteurs du parc et des groupes écologistes – qui œuvrent avec Parcs Canada à la création du parc urbain national de la Rouge depuis 2012.

Pour en savoir davantage, reportez-vous à la déclaration faite par la ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada.