Le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard protège une portion de la région naturelle de la Plaine Maritime qui regroupe des dunes, des cordons d'îles et des plages, des flèches littorales et des terres humides. Ces divers habitats abritent une foule de plantes et d'animaux. On compte en effet plus de 300 espèces d'oiseaux et une incroyable diversité de plantes dans les boisés et sur la côte du parc.

Le changement climatique et l’érosion côtière, Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard

Transcription

Animation du logo de Parcs Canada

[Catherine McKenna et Brad Romaniuk sur la plage près des dunes de sable au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard]

[Catherine McKenna] Je suis ici avec Brad Romaniuk il est gestionnaire en conservation des ressources au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. Nous sommes dans un endroit vraiment incroyable, qu’est-ce que nous regardons en ce moment?

[Brad Romaniuk] Catherine, nous observons présentement l’écosystème côtier du parc national. Cette structure de dunes qui longe l’océan sur pratiquement toute la longueur du parc. C’est un écosystème important car il est étroit, mais très dynamique, toujours en évolution.

Les vagues et le vent transforment cet environnement constamment.

[Catherine McKenna] Que faisons-nous pour protéger et maintenir les dunes?

[Brad Romaniuk] Du point de vue de l’intégrité écologique, nous surveillons tous les écosystèmes des parcs nationaux partout au Canada. Dans le cas de cet écosystème, nous surveillons la vitesse de l’érosion. Le parc national repose sur une formation de grès, alors il est constamment en évolution.

[Catherine McKenna] Et qu’en est-il du changement climatique? Êtes-vous inquiet des répercussions du changement climatique? Plus de tempêtes, l’érosion côtière… [Brad Romaniuk] Oui, je crois que le changement climatique est quelque chose sur lequel nous voulons travailler avec nos partenaires et mieux comprendre. En ce qui concerne cet environnement spécifique, il y a probablement trois processus qui prennent place et que nous aimerions mieux comprendre. L’un d’entre eux est la fréquence et l’intensité des tempêtes. Certaines de ces dunes sont très fragiles si elles sont endommagées, donc elles peuvent bouger et changer rapidement. Le deuxième est la formation d’un pied de glace. Un pied de glace se forme sur cette ligne tous les automnes. Avec le changement climatique, ce pied de glace se forme plus tard. En hiver, Il agit comme protection pour les dunes contre les glaces qui arrivent de l’océan, elles sont donc protégées d’un affouillement Le troisième est en fait la compréhension à long terme de la façon dont les gens utilisent l’environnement de leur intérêt à visiter les dunes, à apprendre à leur sujet et de comment ces éléments changent leur point de vue.

[Catherine McKenna] C’est vraiment incroyable car je sais que les Canadiens et Canadiennes aiment nos parcs nationaux et je suis intéressée à savoir comment amener la population canadienne à en apprendre davantage de nos parcs nationaux, sur la façon dont chaque parc est unique et représente un écosystème différent, comment ils peuvent créer des liens avec les parcs et finalement, comment ils peuvent les protéger. C’est super, merci pour tout le travail que vous accomplissez.

[Brad Romaniuk] Merci!

Signature de Parcs Canada

© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada représentée par Parcs Canada, 2017.

Mot-symbole « Canada »

Les racines et les rhizoemes de l'ammophile forment un filet organique qui stabilise la dune. Les effets du piétinement sur la végétation est une des recherches prioritaires du parc.

Le rosier sauvage est l'un des premiers arbustes à prendre racine dans les endroits les plus abrités des dunes. La surface luisante de ses feuilles le protège des rigueurs de l'environnement.

Le renard roux installe son terrier dans le sable des dunes. Même si c'est tentant, ne vous approchez pas des renards et ne les nourrissez pas pour éviter qu'ils s'habituent à la présence humaine et en souffrent à l'avenir.

Dunes et plages

Les barres de sable, les cordons littoraux et les dunes qu'on retrouve aujourd'hui dans le parc résultent de l'accumulation du grès érodé. Le vent et les vagues soulèvent les grains de sable, qui s'entassent derrière des rochers ou des touffes d'algues et, tôt ou tard, forment des dunes. Cependant, le sable n'aurait aucune chance de résister aux éléments sans les plantes ammophiles, dont les racines et les rhizomes forment un filet organique qui ralentit le mouvement du sable. Une fois la dune stabilisée, d'autres plantes et un grand nombre d'animaux peuvent y vivre.

Les dunes constituent un important habitat et dressent un obstacle naturel contre les tempêtes et les vagues. La recherche sur les dunes et leurs caractéristiques connexes - végétation, animaux et terres humides - nous permet de mieux comprendre ce phénomène naturel et d'en assurer plus efficacement la protection.

Protection des dunes

Même les dunes les plus stables sont fragiles, la couveture végétale peut être facilement endommagée par le piétinement. Des études révèlent qu'il suffit d'à peine dix passages pour éliminer les plantes d'ammophile. Une fois que le sable est exposé, le vent le soulève et transforme de petites cavités en trous immenses appelés creux de déflation. La dune devient alors instable et se déplace constamment, incapable de retenir la végétation et donc de subvenir aux besoins des animaux.


Les dunes stables procurent abri et nourriture aux plantes et animaux sauvages et nous protègent des assauts des tempêtes.
Les dunes stables procurent abri et nourriture aux plantes et animaux sauvages et nous protègent des assauts des tempêtes.
Nous avons dénombré environ 150 sentiers sauvages sur le littoral du parc. Ces passages non autorisés détruisent l'habitat des dunes et laissent des cicatrices qui mettent des années à guérir.
Nous avons dénombré environ 150 sentiers sauvages sur le littoral du parc. Ces passages non autorisés détruisent l'habitat des dunes et laissent des cicatrices qui mettent des années à guérir.
© Parcs Canada / Barrett et MacKay

Faites votre part pour préserver les dunes

Utilisez les tapis et les trottoirs de bois, et non pas les sentiers non-autorisés, pour vous rendre à la plage. Restez à l'écart des dunes afin de ne pas les endommager davantage. L'ammophile pourra ainsi se régénérer et consolider les dunes. Ensemble, nous pouvons protéger la beauté fragile des réseaux dunaires au profit des générations à venir.